hospitalisation dûe à l'alcool

hospitalisation dûe à l'alcool

mercredi 26 octobre 2016

Permanences : nouveaux horaires
deuxième vendredi du mois 20h30
quatrième vendredi du mois 18h00
au centre Jean Savidan

mercredi 9 décembre 2015

vendredi 18 octobre 2013

ALCOOL ET JEUNESSE



JEUNESSE - Le cidre et le champagne sont prisés par les jeunes…
Les moins de 18 ans ne boivent pas que du chocolat chaud. Un collégien français sur six et trois lycéens sur cinq reconnaissent en effet avoir déjà été ivres, selon une étude publiée mardi par le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH).
Effectuée à partir de données fournies par deux enquêtes scolaires internationales (Espad et HSBC), l'étude montre que les comportements d'alcoolisation effective, comme les ivresses, se multiplient rapidement pendant les années de collège et de lycée: alors que 7% des élèves de 6e admettent avoir déjà été ivres, le taux atteint 69% en terminale.
Fréquence de la consommation en hausse
L'absorption d'au moins un verre d'alcool au cours du mois précédant l'enquête progresse, elle aussi, très nettement entre la classe de 4e et celle de 1re, passant de 39% à 79% des élèves, et se stabilise en terminale.
Marginales jusqu'à la classe de 5e, les ivresses déclarées lors du mois écoulé progressent rapidement jusqu'à la classe de 1re, passant de 7% à 27% des élèves.
Quant à l'usage régulier (au moins 10 fois lors du mois précédant l'enquête), il passe de 3% en 4e à 24% en terminale.
Près de 60% des 6e ont déjà bu de l’alcool
L'alcool est, selon l'étude, la «substance psychoactive la plus précocement expérimentée à l'adolescence», souvent dans un cadre familial puisque 59% des élèves de 6e déclarent avoir déjà bu de l'alcool. La proportion atteint 93% en terminale.
Les boissons alcoolisées les plus prisées varient en fonction de l'âge: le cidre et le champagne arrivent en tête chez les collégiens, tandis que les lycéens mentionnent les bières et les alcools forts, avec un petit bémol chez les jeunes filles en ce qui concerne la bière.
Ces dernières sont également deux fois moins nombreuses que les garçons à boire de l'alcool régulièrement, selon l'étude effectuée conjointement par l'Observatoire français des drogues et toxicomanies (OFDT), l'Inserm et l'Inpes.
Selon une autre étude effectuée par l'Inpes et l'OFDT en 2010, le comportement des jeunes femmes de 18 à 25 ans tend toutefois à se rapprocher de celui des jeunes hommes du même âge, avec un doublement des ivresses répétées féminines entre 2005 et 2010.



dimanche 8 septembre 2013

Forum des Associations


Comme chaque année la section Lannion-Tréguier a participé aux Forums des associations  de Lannion et de Penvenan le samedi 7septembre 2013. Sur les deux stands, nous avons été sollicités par des personnes désireuses de sortir de la dépendance alcoolique ainsi que des familles venant prendre des conseils pour aider leurs proches en difficulté. La section remercie d’une part les bénévoles qui donnent de leurs temps pour la bonne organisation de cette journée et d’autre part les communes qui apportent régulièrement leurs soutiens à l’association.

mardi 6 août 2013

Les Femmes boivent trop ?



Les femmes trinquent... trop ?



Silvia Galipeau
La Presse
Un verre, deux verres, plein de verres. Les statistiques sont sans équivoque : les femmes boivent de plus en plus, et surtout, de plus en plus souvent. Comme les hommes ? Non. Différemment. Et malheureusement, nous ne sommes pas tous égaux devant l'alcool. Ces excès ont un prix : la santé. Notre santé. Attention, danger, préviennent les experts.
Désolée d'être rabat-joie. Car soyons francs, c'est exactement comme cela qu'on se sent, quand on touche ainsi à «notre drogue préférée à tous», confirme Ann Dowsett Johnston, une journaliste de Toronto qui prépare un livre sur la question à paraître à l'automne. «On aime bien se dire que les gens qui ont un problème avec l'alcool, ce sont les autres, ces rares soulons qui boivent sous les ponts...» Or, la réalité est tout autre.
Consommation d'alcool
20 %
Des femmes boivent à l'excès
Pensez-y : d'après les derniers chiffres, 20% des femmes qui boivent le font à l'excès. Lors d'une même soirée, certaines calent plus de cinq consommations. Parfois plusieurs fois par mois. Vrai, les hommes en font autant. Voire plus. Et ce, depuis longtemps. Sauf

mercredi 3 juillet 2013

Alcool au Bureau


Comment gérer les problèmes d'alcool au bureau

Avec un collaborateur alcoolique, la pire attitude serait de se voiler la face. Sachez réagir avec tact mais sans complaisance.
L’alcool ne tue pas toujours lentement. Il est à l’origine de près de 20% des accidents du travail et de 45% de ceux entraînant un décès (source : cabinet Hassé-Consultants, spécialiste de l’alcoologie en entreprise). L’absentéisme, les arrêts de travail, les conflits engendrés par l’éthylisme coûtent aux entreprises environ 1,5% de leur masse salariale. Le phénomène touche environ 8% des salariés (dont 60% d’hommes), et concerne tous les secteurs. C’est la raison pour laquelle le ministère du Travail a édité, en janvier dernier, un guide sur la prévention des risques liés à la consommation d’alcool et de drogues . Objectif ? Donner aux managers des clés pour mieux gérer ce type de pathologie. Voici celles que vous devez connaître.

Identifiez les signaux avant qu’il ne soit trop tard

Pas toujours facile de détecter un cas d’alcoolisme ! Le plus souvent, en effet, le collaborateur concerné dissimule son addiction : il se parfume ou se brosse les dents à longueur de journée, trouve des excuses tarabiscotées pour

samedi 8 juin 2013

Les ivresses répétées progressent en France


Les ivresses répétées progressent en France chez les 15-30 ans

  • La consommation globale d'alcool est stable depuis 2007 mais les manières de boire des jeunes se sont transformées.

  • La manière de s'alcooliser des jeunes s'est radicalement transformée au cours des dernières années. Ils ne boivent pas tous les jours. Mais ils sont de plus en plus nombreux à s'offrir régulièrement une «cuite» importante, prenant des risques inconsidérés à cette occasion. Les 15-30 ans ne boivent pas de la même façon que leurs aînés. Par exemple, ils ne sont que 2,5 % à consommer chaque jour de l'alcool mais un sur quatre s'adonne au moins une fois par mois à une alcoolisation ponctuelle importante (API), soit plus de 6 verres d'alcool en une seule fois, aussi nommé «binge drinking».

dimanche 12 mai 2013

Festival du bruit qui court


C’est dans une ambiance très « électrique »que les bénévoles de la section de Lannion tenaient un stand de Prévention lors de la 5ème édition du Festival du Bruit qui Court organisé par l’Enssat (Ecole nationale supérieure des sciences appliquées et de technologie, université de Rennes 1 ) de Lannion le samedi 11 Mai 2013 dans la salle des Ursulines.Soirée agréable avec des groupes légendaires tel que “MERZHIN “. La distribution et test d’alcootest ont été très appréciés des étudiants. Les organisateurs de ce festival nous ont renouvelé leur confiance pour l’édition 2014.


dimanche 5 mai 2013

Le niveau de délinquance évolue peu !



Agglo : le niveau de délinquance évolue peu
Sur dix ans, les chiffres de la délinquance sont stables sur le territoire de Lannion-
Trégor agglomération. Deux tiers des infractions sont commises dans la ville-centre.

Étude
Les chiffres que nous publions, ici, proviennent de l'étude réalisée par le cabinet Aress à la demande de la sous-préfecture et de Lannion-Trégor agglomération (LTA) dans le cadre de la préparation du contrat local de sécurité (2013-2015) signé, en février dernier. Contrat qui prévoit de mettre en oeuvre une « stratégie territoriale de sécurité et de prévention de la délinquance » portée par l'État, le département et l'agglomération (lire notre édition du 15 février).

jeudi 11 avril 2013

Alcool : la cote d'alerte est dépassée



INFO E1 - Les hospitalisations dues à l'alcool et à l'ivresse ont bondi de 30% en trois ans.
Le chiffre. Comas éthyliques, hépatites, cirrhoses ou encore troubles psychiques dus à l'addiction. L'alcool conduit de plus en plus de Français à l'hôpital : 400.000 en un an, soit un bond de 30 % en trois ans. Ce chiffre, alarmant, est celui d'un rapport de la Société française d'alcoologie qu'Europe 1 dévoile vendredi en exclusivité. Au total, les hospitalisations liées à l'alcool sont deux fois plus nombreuses que celles causées par le diabète ou les maladies cardiovasculaires.
Plus de jeunes et de femmes. Pire, les séjours courts de moins de deux jours, qui concernent généralement des personnes qui ne sont pas encore alcooliques mais qui sont en train de basculer, ont même progressé de 80 % en trois ans. Et ce sont de plus en plus souvent des jeunes et de femmes. "On voit de plus en plus de jeunes qui se présentent aux urgences très fortement alcoolisés, qui vont rester 24 heures, parfois deux jours, pour dégriser. On les trouve aussi dans les services de réanimation", constate le Dr Damien Labarrière, médecin gastro-entérologue au CHR d'Orléans au micro d'Europe 1. "On voit également des jeunes avec des conséquences déjà très graves sur la santé, au niveau du pancréas ou foie. Des cirrhoses qu'on ne voyait pas à l'âge de 25 ans, mais beaucoup plus tard."
Or, "les consommations précoces induisent beaucoup plus de dépendance", souligne le Professeur Michel Reynaud, addictologue à l'hôpital de Villejuif et co-auteur de cette enquête. Il regrette que "le fait d'être ivre mort dans une soirée est banal" :"les cuites deviennent un titre de gloire pour un grand nombre, y compris, et c'est particulièrement inquiétant, chez les jeunes femmes."
Des professionnels de la santé ont lancé un cri d'alarme sur la consommation excessive d'alcool.
Pour les médecins spécialisés en addictologie, l'alcool est devenu comme une drogue douce. Le "binge-drinking", fait de boire jusqu'à l'ivresse, est presque devenue une habitude chez les jeunes. "Les derniers chiffres des enquêtes disponibles montrent que 25% des jeunes de 17 ans ont des ivresses répétées soit au moins trois au cours de l'année, alors qu'ils n'étaient que 19% en 2003", explique le Dr Philippe Batel, chef du service d'addictologie à l'hôpital Beaujon de Clichy, dans les colonnes du quotidien. "Dans ma consultation d'addictologie à l'alcool, nous prenons en charge maintenant 5% de patients alcoolodépendants âgés de moins de 25 ans" poursuit-il.

vendredi 22 mars 2013

L'alcool Tue



L’alcool tue chaque année 49 000 Français !
Chaque année, 49 000 décès sont liés à l’alcool, faisant de cette boisson une cause importante de mortalité prématurée !
Les chiffres en France sont bien supérieurs à ceux d’autres pays européens : 13 % des décès masculins sont attribuables à l’alcool, contre 5 % en Suisse, 3 % en Italie, 1 % au Danemark. 5 % des décès féminins sont liés à l’alcool, contre 2 % en Italie, 1 % au Danemark.
Source : European Journal of Public Health, février 2013.
40 % des décès liés à l’alcool surviennent avant 65 ans
Ce chiffre est issu d’une étude de Sylvie Guérin, Agnès Laplanche, Ariane Dunant et Catherine Hill, du service de bio-statistiques et d'épidémiologie de l'Institut Gustave-Roussy de Villejuif, qui vient d’être publiée dans l’European Journal of Public Health.
Sur les 49 000 décès attribuables à l’alcool en 2009, 36 500 concernaient des hommes, ce qui représente 13 % de la mortalité totale masculine, et 12 500 des femmes, soit 5 % de la mortalité féminine totale.

A noter également que près de 40 % de ces décès sont survenus avant 65 ans. Au total, l’alcool est responsable de 22 % des décès entre 15 et 34 ans, 18 % entre 35 et 64 ans et 7 % à partir de 65 ans, faisant bien de l’alcool une cause importante de décès prématurés.
Ces morts prématurées attribuables à l’alcool sont le fait principalement de cancers (15 000 morts) et de maladies cardiovasculaires (12 000 morts), mais également de maladies digestives dont des cirrhoses (8 000 décès), des accidents et des suicides.

Les Français boivent encore beaucoup trop
Malgré une diminution de moitié de la consommation d’alcool en France au cours des 50 dernières années, les Français boivent encore beaucoup trop. Si l’on considère la consommation totale d’alcool en France, nous arrivons à une moyenne de 2,7 verres par jour, soit 27g d’alcool pur. Or pour limiter les effets néfastes de cette boisson, nous ne devrions pas dépasser l’équivalent d’un verre et demi d’alcool par personne et par jour.

mercredi 13 mars 2013

Un nouveau médicament contre l'envie de boire




Le Selincro agit sur les récepteurs cérébraux pour réfréner l'envie de boire.
Le nombre d’Européens souffrant d’une dépendance à l’alcool est estimé à 14 millions, et seulement 8% d’entre eux se soigneraient. Un médicament pour lutter contre l'envie de boire vient d’être agréé par l’Agence européenne des médicaments. Ce traitement, conçu par le finlandais Biotie Therapies, est produit à partir d’une molécule nommée nalméfène. Il agit sur les récepteurs cérébraux. Lundbeck annonce une réduction de la consommation d’alcool de 60% en moyenne sur six mois de traitement. Le docteur Philippe Batel, responsable du service de traitement ambulatoire des maladies addictives à l'hôpital Beaujon de Clichy, nous en dit plus sur ce médicament.

Francetv info : Il existe déjà des traitements contre la dépendance à l’alcool, en quoi le Selincro est-il différent ?
Philippe Batel : Premièrement, il vise à la réduction de la consommation, et non à l’abstinence. Il s’agit d’accompagner le patient dans des objectifs de soin. C’est nouveau pour un traitement. Ensuite, le mode d’administration est tout à fait particulier. Il s’agit d’une méthode "à la demande", c’est-à-dire que le médicament n’est pas avalé de manière quotidienne, mais quand la personne le décide. Grâce à un accompagnement, le patient va apprendre à anticiper les situations d’alcoolisation excessive pour prendre le médicament en amont, environ deux heures avant la prise d’alcool.



Le Selincro agit sur les récepteurs cérébraux pour réfréner l'envie de boire.
Le nombre d’Européens souffrant d’une dépendance à l’alcool est estimé à 14 millions, et seulement 8% d’entre eux se soigneraient. Un médicament pour lutter contre l'envie de boire vient d’être agréé par l’Agence européenne des médicaments. Ce traitement, conçu par le finlandais Biotie Therapies, est produit à partir d’une molécule nommée nalméfène. Il agit sur les récepteurs cérébraux. Lundbeck annonce une réduction de la consommation d’alcool de 60% en moyenne sur six mois de traitement. Le docteur Philippe Batel, responsable du service de traitement ambulatoire des maladies addictives à l'hôpital Beaujon de Clichy, nous en dit plus sur ce médicament.

Francetv info : Il existe déjà des traitements contre la dépendance à l’alcool, en quoi le Selincro est-il différent ?
Philippe Batel : Premièrement, il vise à la réduction de la consommation, et non à l’abstinence. Il s’agit d’accompagner le patient dans des objectifs de soin. C’est nouveau pour un traitement. Ensuite, le mode d’administration est tout à fait particulier. Il s’agit d’une méthode "à la demande", c’est-à-dire que le médicament n’est pas avalé de manière quotidienne, mais quand la personne le décide. Grâce à un accompagnement, le patient va apprendre à anticiper les situations d’alcoolisation excessive pour prendre le médicament en amont, environ deux heures avant la prise d’alcool.
Quels sont les patients visés par ce traitement ?
Si on suit les essais cliniques, ce sont les personnes concernées par une dépendance faible ou moyenne et qui ne sont pas prêtes pour l’abstinence. Sont donc exclus les patients qui souffrent d’une dépendance sévère ou qui présentent des troubles psychiatriques. Mais, personnellement, je vais le proposer à tous mes patients, même les plus touchés, à partir du moment où ils ne se trouvent pas dans un projet d’abstinence.
Avez-vous des réserves concernant la mise sur le marché de ce médicament ?
Oui, les essais cliniques n’ont duré que six mois. J’aurais aimé une étude sur un temps plus long. On ne sait pas ce qui se passe pour les patients à la fin de ce traitement semestriel. Ensuite, même si je trouve séduisant de constater une baisse de la consommation d’alcool grâce au médicament, j’attends de voir le réel bénéfice sur la santé des patients (dans le traitement des maladies du foie, notamment). Mais je pense qu'il est fort probable qu'ils parviennent à démontrer le bénéfice.
Quels sont les possibles effets secondaires ?
Pour certains patients, il y a quelques nausées et des sensations de fatigue au début du traitement, pendant trois, quatre jours. Mais les essais cliniques ont montré que la majorité des personnes continuaient malgré tout à prendre le médicament.
Propos recueillis par Clément Parrot

lundi 21 janvier 2013

Les Jeunes en quête d'ivresse



Alcool : les jeunes en quête d'ivresse                                   

Xavier Pommereau, psychiatre, chef du Pôle aquitain de l'adolescent, CHU de Bordeaux propose une réflexion pour mieux appréhender le phénomène des beuveries organisées et tenter d'en réduire les causes et les conséquences, en famille et en société.
Filles et garçons, de plus en plus jeunes, ne peuvent imaginer "faire la fête" sans se saouler. Parmi ces jeunes, certains poussent la consommation jusqu'à se mettre en danger dans diverses conduites à risque (chutes, accidents domestiques et de la circulation, sexualité non consentie et non protégée, etc.), voire jusqu'à connaître le coma éthylique. 

Suivre l'article sur :

mardi 18 décembre 2012

Joyeux Noel

Toute la section de Lannion-Tréguier vous souhaite un JOYEUX NOEL avec plein de cadeaux d'ESPOIR.

samedi 8 décembre 2012

Pourquoi les femmes trinquent


Alcool : pourquoi les femmes trinquent                              

Tirée à quatre épingles, maquillage et brushing impeccables, cette working-girl s'avance... et titube. Comme elle, cinq pour cent des Françaises ont un problème avec l'alcool. Un phénomène en hausse, non sans lien avec la pression qui pèse sur les wonderwomen, obligées de conjuguer vie professionnelle et familiale. 
Quatre millions de Français ont des problèmes liés à leur consommation d'alcool. Parmi eux, 200 000 femmes seraient alcoolo-dépendantes, un fléau dont elles sont particulièrement sensibles à la toxicité.

Suivre l'article sur :



mercredi 28 novembre 2012

Point information Baclofène


               Baclofène  Agence Nationale Sécurité Médicaments Novembre 2012
               
 
Baclofène et traitement de l’alcoolo-dépendance : l’ANSM autorise deux essais cliniques.

L’efficacité du baclofène (Liorésal et génériques) dans la prise en charge de l’alcoolo-dépendance n’a pas été démontrée à ce jour même si des données observationnelles ont récemment mis en évidence des bénéfices cliniques chez certains patients. Les données de pharmacovigilance concernant cette utilisation hors du cadre actuel de l’autorisation de mise sur le marché (AMM) sont très limitées. C’est pourquoi une meilleure connaissance des profils d’efficacité et de tolérance du baclofène est absolument nécessaire.
La lutte contre l’alcoolisme constitue un enjeu majeur de santé publique, qui amène l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) à encourager le développement d’études cliniques de la part d’équipes académiques ou d’industriels dans ce champ.
L’ANSM a ainsi autorisé, en avril 2012, le lancement d’un premier essai clinique contrôlé en ville (étude Bacloville), chez des patients présentant une consommation d’alcool à haut risque, suivis sur une durée minimale d’un an. Un deuxième essai contrôlé (étude Alpadir) chez des patients dont le traitement est initié en milieu hospitalier, a été autorisé par l’Agence en octobre 2012.
Ce point d’information a pour objet de présenter ces deux essais qui visent à évaluer la sécurité d’emploi et l’efficacité du baclofène sur la consommation d’alcool versus placebo (1) , à des doses plus élevées que celles autorisées par l’AMM actuelle dans d’autres indications.

(1) Les hypothèses émises dans ces deux essais sont identiques à savoir l’obtention d’une

dimanche 11 novembre 2012

Comment s'assumer en tant qu'alcoolique abstinent ?


 
L'alcoolique doit apprendre, comprendre, puis accepter qu'il est atteint d'une maladie progressive et mortelle. Sa dépendance ne guérira pas. La maladie, pour ne pas empirer, exige l'abstinence.
Cette abstinence paraît un repoussoir, tant à l'alcoolique qu'à la société. Or ceci est un préjugé social, et une conviction de drogué enferré dans des habitudes puissantes.
Ne pas boire d'alcool est la seule différence intrinsèque qui distingue l'alcoolique du reste de la société. C'est un changement démesuré à effectuer et, rationnellement, une modification infime. Un détail qui change la donne car il est vital.

Vivre l'abstinence comme une nouvelle vie


mercredi 31 octobre 2012

Forums des Associations


Comme chaque année la section Lannion-Tréguier a participé aux Forums des associations de Trégastel et de Lannion le samedi 8 septembre dernier. Sur les deux stands, nous avons été sollicités par des personnes désireuses de sortir de la dépendance alcoolique ainsi que des familles venant prendre des conseils pour aider leurs proches en difficulté. La section remercie d’une part les bénévoles qui donnent de leurs temps pour la bonne organisation de cette journée et d’autre part les communes qui apportent régulièrement leurs soutiens à l’association.

Automobile : l’éthylotest obligatoire en sursis ?


Obligatoire depuis le 1er juillet dernier, l'éthylotest avait déjà bénéficié d'un délai de grâce puisque sa non-présence dans votre boîte à gants n'était sanctionnable qu'à partir du 1er novembre prochain. Nouveau report, donc, qui vient d'être annoncé par Manuel Valls, ministre de l'Intérieur, qui annonce que la sanction ne sera effective qu'à partir du 1er mars 2013.

Difficulté d'approvisionnement

La raison invoquée officiellement est la difficulté d'approvisionnement constatée dans certaines régions. "L'objectif de ce report est de permettre à l'ensemble des conducteurs de s'équiper dans de bonnes conditions et à un juste prix", dit-on place Beauvau. Une décision louable, donc, mais on peut se poser la question du sérieux et du professionnalisme qui ont entouré l'entrée en vigueur de ce décret le 1er juillet dernier, sans que personne ne se soit soucié, au ministère des Transports et à la Sécurité routière, de la disponibilité des éthylotests dans le commerce.

"Évaluer l'intérêt..."

Plus intéressant et à lire entre les lignes du communiqué de presse, le fait que "Manuel Valls proposera (...) de mettre à profit ce délai pour évaluer l'intérêt de ce dispositif en étroite association avec le conseil national de la Sécurité routière et les associations d'usagers et de victimes de la route". Une façon élégante d'enterrer le principe même d'un éthylotest obligatoire à bord des véhicules ?



vendredi 19 octobre 2012

Jeunes et Alcool:Quelle Prévention?


Dans le cadre du petit-déjeuner "Ados + alcool = danger" organisé le 29 novembre 2011 par l'Apel 
(Association des Parents d’Elèves de l’enseignement Libre)nationale, retrouvez les moments forts de cette matinée avec les conseils de nos trois intervenants : Xavier Pommereau, Maris Choquet et Philippe Batel.
N'hésitez-pas à partager notre vidéo sur les dangers de l'alcool sur votre blog.
En  vous remerciant pour le relais de ces informations indispensables.
Cordialement,



Aurélie Soligny
Responsable éditoriale

vendredi 12 octobre 2012

Au moins 10000 victimes d'«alcoolisme passif»



L'alcoolisme passif fait des ravages
Tout comme le tabac, l’alcoolisme peut être passif et nuire à la santé de l’entourage des alcooliques.
Ses effets sont divers et variés, et au delà sa propre santé, c’est celle d’autrui qui est mise en danger, que ce soit le nouveau-né ou une victime de la route.
L’alcool nocif pour soi Quand le foie donne des signes de fragilité, toute consommation d’alcool est mauvaise, que ce soit un verre de vin ou un apéritif... avec des incidences sur le cerveau, les nerfs et même des risques importants de cancers.
De nombreux risques liés à l’alcoolisme passif Le plus grand danger de l’alcoolisme passif concerne les nouveau-nés avec le syndrome d’alcoolisation fœtale (SAF), quand la mère était elle-même consommatrice d’alcool durant sa grossesse. Les conséquences à la naissance sont des anomalies de la face et du crâne, un poids inférieur à la normale et parfois des malformations cardiaques. Viennent souvent s’ajouter des troubles du langage et du comportement à l’âge adulte, avec des difficultés d’apprentissage.
L’alcool n’étant pas filtré par le placenta, le fœtus a une alcoolémie identique à celle de sa mère. Pis encore, dans le liquide amniotique, le taux d’alcool peut être jusqu’à 10 fois supérieures à celui contenu dans le sang de la mère. Et si l’alcool contenu dans un verre est souvent quantité négligeable pour un adulte, il n’en est que décuplé en proportion pour un embryon de quelques grammes : 7 000 enfants sont concernés chaque année.
L’alcool est la 1re cause d’handicap et de retard mental chez l’enfant. Le zéro alcool pour les femmes enceintes est une règle dont il ne faut pas déroger.
Les deuxièmes victimes de l’alcool sont les proches des alcooliques. Ceux-ci font souvent preuve de violence verbale et physique... Parallèlement, 40% des accidents de la route sont liés à l’état d’ivresse.
Autant de vies directement gâchées par les protagonistes, mais également pour l’entourage et les familles.
Écrit par Julien Konczaty

mercredi 12 septembre 2012

Les Français et le Cancer !


Cancer : les dangers liés à l'alcool et au tabac sont sous-estimés par les Français
Près des trois quarts des Français (71 %) voient le cancer comme la maladie la plus grave, d'après les résultats du second Baromètre Cancer de l'Institut national de prévention et d'éducation pour la santé (Inpes) et de l'Institut national du cancer (INCa), présentés jeudi 14 juin. Le sida est aujourd'hui considéré comme une maladie moins grave que le cancer (49 %), tout comme les maladies cardiovasculaires (30 %).
 Le cancer est la maladie la plus redoutée des Français.
Une maladie qui fait peur mais dont on peut guérir
Une large majorité de Français (96 %) estiment que personne n'est véritablement à l'abri du cancer. Toutefois, les personnes interrogées semblent avoir conscience que la prévention permet de réduire le risque de développer la maladie.
Plus des deux tiers des sondés affichent ainsi un désaccord avec la phrase "on ne peut rien faire pour éviter le cancer". Les Français sont très majoritairement satisfaits de la prise en charge thérapeutique de la maladie et à ses possibilités de guérison. 90% d’entre eux pensent ainsi qu’aujourd’hui, "on sait guérir de nombreux types de cancers".
Certains facteurs de risque restent sous-estimés

dimanche 26 août 2012

Forum des Associations LANNION-TREGASTEL


Comme chaque année le Forum des Associations se tiendra au Complexe des Ursulines de Lannion  le samedi 8 septembre 2012 de 9h à 18h.Ce même jour de 14h à 18 h à Trégastel salle omnisports .La section Lannion-Tréguier d'Alcool Assistance la Croix d'Or vous invite à venir à son stand pour parler de l'addiction à l'alcool. 


vendredi 3 août 2012

Baclofène toujours !!!


"Guérir" de l'alcoolisme : le Baclofène, pilule miracle ou illusion ?
LE PLUS. Le cardiologue Olivier Ameisen dit avoir sauvé des centaines de personnes de l'alcoolisme grâce au Baclofène, médicament initialement utilisé comme relaxant musculaire. Pierre Veissière, psychologue et auteur de l'essai "Kit de secours pour alcoolique" (Grrr...art éditions), juge quant à lui que le Baclofène n'est pas la pilule miracle et qu'il ne faut pas stigmatiser l'abstinence.
Je comprends que les fans du Baclofène piaffent en sachant qu'il leur faudra attendre, au mieux, encore un an et demi avant de connaître le verdict de l'étude lancée pour tester son efficacité et, si le résultat est probant, pour qu'il soit prescrit, licitement, avec une posologie augmentée.
Cette durée ne me paraît pas choquante puisque le médicament doit faire ses preuves, en efficacité, innocuité relative des effets indésirables, maintien de la mythique nouvelle sobriété promise sur un laps de temps suffisamment long pour être significatif et absence d'aggravation de la qualité de vie.
Les prudents, qui croient au miracle, attendront la sentence. Les audacieux pourront toujours assiéger leur médecin et tenter, à leurs risques et périls, de s'en faire prescrire immédiatement.
Le Baclofène, possible pilule miracle
Si la simple absorption d'un médicament permet de supprimer l'angoisse, la dépression, l'envie irrépressible de boire, l'essentiel du mal-être, et de retrouver un être vivable, en pleine possession de ses moyens, "comme neuf", il ne faudrait surtout pas s'en priver. Il est possible que le Baclofène soit une pilule miracle pour une certaine catégorie de patients. Et tant mieux.

lundi 2 juillet 2012

Petits rappels avant les vacances!!!


Après le travail, entre amis, en famille, en vacances…. L'alcool est la substance psychoactive la plus consommée en France puisque seuls 7% des 18-75 ans n'en ont jamais bu. En moyenne, un Français consomme 12,7 litres d'équivalent d'alcool pur par an.
Cancers, maladies cardiovasculaires et digestives, maladies du système nerveux et troubles psychiques : l'alcool a de nombreuses conséquences. On estime que chaque année en France, 37 000 décès sont liés à l'alcool, dont 2 200 par accidents de la route. La présence obligatoire d'un éthylotest dans tous les véhicules à partir du 1er juillet est l'occasion de faire le point sur l'alcool et ses dangers, et de lever quelques idées reçues.
·         Un verre de vin contient moins d'alcool qu'un demi de bière : Faux. Un ballon de vin (10° à 12°) de 12,5cl ; un demi de bière (5°) de 25cl ; un verre de whisky (40°) de 3cl ; un verre de pastis (45°) de 3cl et un verre de champagne (12°) de 10cl contiennent chacun 10g d'alcool pur. Certaines boissons sont plus concentrées en alcool pur que d'autres, mais elles sont aussi théoriquement servies en plus petites doses.
·         Boire un café ou prendre une douche froide atténue l'effet de l'alcool : Faux. Ni une douche froide, ni un café, ni boire beaucoup d'eau ne font baisser l'alcoolémie. Seul le temps a cette

mercredi 27 juin 2012

Alcoolique abstinent ?

Comment s'assumer en tant qu'alcoolique abstinent ?
L'alcoolique doit apprendre, comprendre, puis accepter qu'il est atteint d'une maladie progressive et mortelle. Sa dépendance ne guérira pas. La maladie, pour ne pas empirer, exige l'abstinence.
Cette abstinence paraît un repoussoir, tant à l'alcoolique qu'à la société. Or ceci est un préjugé social, et une conviction de drogué enferré dans des habitudes puissantes.
Ne pas boire d'alcool est la seule différence intrinsèque qui distingue l'alcoolique du reste de la société. C'est un changement démesuré à effectuer et, rationnellement, une modification infime. Un détail qui change la donne car il est vital.
Vivre l'abstinence comme une nouvelle vie
Dans un premier temps il faut donc tout mettre en œuvre pour que cette abstinence s'installe, qu'elle s'affermisse, qu'elle dure. Il faudra connaître les situations à risque, et prendre les précautions indispensables pour écarter les tentations, quelle que soit leur vigueur.
On s'efforcera de respecter au départ l'abstinence, stricto sensu l'abstention d'alcool, puis on la considèrera comme une conduite incluant l'abstention, mais s'élargissant à une façon de vivre qui la permette en permanence, et s'ouvre vers une vie de qualité.
Car se contenter de ne pas boire d'alcool, n'est pas tenable, n'est pas une vie, n'a pas de sens. On fera le pari d'une vie nouvelle, d'une nouvelle aventure, arrosée d'eau cette fois. Beaucoup d'alcooliques sont des aventuriers fourvoyés, capables de vivre avec des perspectives nouvelles et assainies.
Le choc difficile avec le regard de la société

FORUM des associations 2014

Rendez vous à la salle des Ursulines le samedi 6 septembre


L'alcool, cet ennemi destructeur

La drogue qui fait peur, c'est toujours celle de l'étranger. On s'inquiète du cannabis ou de l'héroïne, on oublie les ravages que peut faire l'alcool. Pour les jeunes de tous milieux, c'est de la défonce à pas cher. L’alcoolisme n’est pas une maladie solitaire. Notre société tolère mal l’alcoolémie de la femme. Il en résulte un sentiment de culpabilité très fort qui amène l’isolement ou l’exclusion de la femme dans son milieu familial social et professionnel. Quand une personne sombre, c’est tout l’entourage qui plonge avec elle.

Bonjour, nous sommes le

«La seule limite à notre épanouissement de demain sera nos doutes d’aujourd’hui.»

(Franklin ROOSEVELT)